Théâtre d'aujourd'hui

Bettencourt Boulevard ou une histoire de France par Michel Vinaver. Éditions de l'Arche, 128 pages, 13 euros.

Pour ceux qui l'auraient oublié – on a la mémoire courte, voire pas de mémoire du tout dans le monde du théâtre – Michel Vinaver est bel et bien le plus grand auteur dramatique vivant de notre temps. Il vient de nous le rappeler opportunément en sortant, à plus de 87 ans, une nouvelle pièce, une manière de chef d'œuvre, Bettencourt Boulevard ou une histoire de France. Un chef d'œuvre et une véritable leçon pour tous les petits maîtres de l'écriture dramatique qui encombrent l'édition théâtrale et les scènes, en mal de sujets à traiter, en perpétuelle et désespérée recherche de décalque de la réalité politique et sociale de l'époque, à faire dans le « véridique », toujours d'après « une histoire vraie »... Une leçon parce que Vinaver n'hésite pas ; il s'empare lui aussi d'une histoire vraie, l'affaire Bettencourt, mais il la transfigure, la transcende totalement et réalise une fable balancée sur scène en « trente morceaux », avec près de la vingtaine de personnages qui en ont été les acteurs principaux, d'Eugène Schueller, le fondateur de l'Oréal, à Florence Woerth, la femme d'Éric, en passant par Liliane Bettencourt, ça va de soi, François-Marie Banier, Patrice de Maistre, et même Nicolas Sarkozy, plus quelques autres protagonistes de cette pitoyable « série » télévisée. Ils sont tous là dans cette sarabande qui se voudrait saga et qui finit par ressembler à une mauvaise pièce de boulevard comme l'indique le titre, alors que dans le même temps, avec l'acuité qui le caractérise, Vinaver parvient à mettre au jour les rouages de cette comédie (quasiment bouffonne à certains moments), les rouages de ce qui a constitué et continue à constituer le quotidien de notre histoire de France. C'est d'une intelligence à nulle autre pareille, ce qui ne constitue certainement pas une surprise. Déjà dans nombre de ses pièces Vinaver avait mis au jour les mécanismes du monde de l'entreprise et/ou de la politique comme dans Par-dessus bord. Parole d'expert puisqu'il fut Pdg de Gillette-France, mais doublée d'un authentique talent écrivain. On songe aussi à la Demande d'emploi ou à King. L'affaire ici est d'autant plus joyeuse que l'écriture de l'auteur, dans sa rythmique même, est d'une force et d'une alacrité revigorantes.

Jean-Pierre Han

admin