Lazare ou le mouvement de la vie

Sombre rivière de Lazare. Spectacle créé au TNS, repris au Nouveau Théâtre de Montreuil à partir du 29 mars (MC 93 Hors les murs), à 20 heures. Tél. : 01 48 70 48 90.

C'est un blues, le chant d'esclaves en fuite qui, pour que l'on perde leurs traces, traversent au péril de leurs vies, rivières et autres cours d'eau ; Sombre rivière, le titre du dernier spectacle de Lazare est juste et beau. Il évoque bien aussi le cours de la vie de l'auteur-metteur en scène, Lazare, qu'il mène à un train d'enfer comme pour fuir l'horreur, celle qui s'est emparée de notre monde. Sombre rivière a comme point de départ l'attentat du 13 novembre 2015 qui l'a abasourdi, mais ne l'a toutefois pas laissé sans voix. La parole il a immédiatement voulu la prendre, a téléphoné à deux personnes qui lui sont chères, sa mère algérienne qui ne sait pas écrire et parle mal le français, et le metteur en scène Claude Régy qui n'a eu de cesse toute sa vie durant de travailler les mots, de les retourner, de les ouvrir, et qui connaît aussi la valeur des silences. Ces deux conversations téléphoniques (Allo maman, Allo Claude) sont à l'origine de Sombre rivière. C'est à partir d'elles que les choses se sont petit à petit élaborées avec la complicité de ses acteurs-créateurs.Vannes ouvertes, les flots se sont déversés sur le plateau charriant le souvenir de tout ce que la vie comporte de douloureux, de tragique même avec ses morts et ses blessés. Pourtant dans le même temps et le même élan, c'est un formidable appel à la vie qui est crié, chanté, dansé. Ce qui se passe sur la scène est étonnant et pour le moins paradoxal : c'est foutraque, mais un foutraque totalement maîtrisé ! Comme seuls savent le maîtriser quelques énergumènes de la scène comme François Tanguy (que Lazare, on s'en serait douté, admire) ou Alexis Forestier. Il y a de tout sur le plateau aménagé par Olivier Brichet en collaboration avec Daniel Jeanneteau, de la célébration du verbe (Lazare est un formidable poète), à la danse, au slam, à la chanson… C'est à la fois une pièce de théâtre dans laquelle l'auteur va revenir sur les événements tragiques de sa famille qu'il a déjà évoqués dans ses précédents spectacles, dans sa trilogie, formidable roman familial composé de Passé je ne sais où qui revient, Au pied du mur sans porte et de Rabah Robert, touche ailleurs que là où tu es né, mais c'est aussi une comédie musicale, une revue avec chœurs, un genre tout à fait original avec bien sûr utilisation de la vidéo (la séquence d'interview, en gros plan, de la mère, Houria, interprétée par Anne Baudoux est superbe de pudique drôlerie, sourire aux lèvres comme pour masquer une douleur profonde). Lazare ne joue pas dans ce spectacle – c'est pourtant un acteur de tout premier ordre –, mais il est partout sur scène, et pas seulement dans la peau du comédien chargé de l'interpréter, Julien Villa. Il est dans tous les personnages à la fois, hommes ou femmes, dans tous les interstices de la scène, à fouailler à sa manière le présent nourri par son passé, petites histoires personnelles inclues dans la grande Histoire, avec le grand-père tué par les Français à Guelma le 8 mai 1945, avec l'évocation des massacres de Sétif le même jour, avec l'arrivée de la mère en France, avec ce leitmotiv et cette vérité qui ne cessent de le harceler, « tu es né en France, mais t'es un Arabe » alors qu'il prétendait être un Français né en France… Alors que justement, après l'attentat du 13 novembre 2015, tout va se retourner contre eux les Arabes, les Français d'origine arabe… Tout cela se mêle, s'entremêle sur le plateau avec aussi les références à d'autres écorchés vifs, avec d'autres « suicidés de la société », Sarah Kane, Antonin Artaud… C'est sa divine comédie que Lazare compose à sa manière entre tragédie, comédie et même bouffonnerie dans un ballet mené dans une tension de tous les instants par ses camarades qu'il convient de tous citer, Ludmilla Dabo, la meneuse de revue, chanteuse de jazz, Laurie Bellanca, Julie Héga, Louis Jeffroy, Olivier Leite, Mourad Mousset, Veronika Soboljevski et Julien Villa, mention très spéciale accordée à Anne Baudoux, co-fondatrice avec Lazare de la compagnie Vita Nova, la bien nommée, collaboratrice artistique sur le spectacle avec Marion Faure, et sans qui, effectivement Lazare et Vita Nova ne seraient pas à l'origine d'une des aventures théâtrales (et au-delà) les plus singulières de notre univers si étriqué et où il s'agit essentiellement et le plus simplement du monde de « dire, chanter, danser. Et embarquer les gens avec nous »…



Jean-Pierre Han

admin